Chuck Norris inside

Dimanche dernier s’est déroulé le « Walker Track Ranger » à Dijon. Au programme de la journée, deux matchs : l’un pour la Raclée et l’autre pour les Velvet Owls. Ce qui pouvait d’extérieur passer pour une simple journée Derby cachait en réalité bien des petites surprises !


C’est donc un derby-dimanche classique qui commence en ce 22 mai lorsque les plus courageux de l’association pointent leur nez à 9 heures pour commencer la préparation de la salle. Tout le monde connait la routine : traçage du track, scotchage de la corde, mise en place de la penalty box, affichage extérieur… Mais comme à chaque événement derby, la véritable question qui fait battre les cœurs est :

« est-ce qu’il est bon le café ? »

Et comme à chaque événement derby, la réponse est : non ( trop chaud, trop fort, trop d’eau, rayez la mention inutile.) Passée cette petite déception matinale (qui n’a cependant pas affecté la bonne humeur des troupes, on est sympa à Dijon, avec ou sans café, non ?) il est déjà temps d’accueillir les équipes qui commencent à arriver. Pour cette journée placée sous le signe du far-west, nous avons eu le plaisir d’accueillir deux équipes pas du tout venues de l’ouest mais qu’importe, tant qu’elles sont prêtes à affronter nos Chuck Norris à roulettes !

Nous avons donc vu débarquer les terribles Graouwheels descendus tout droit de Metz et les non moins terrifiques Bananas Clit, nos voisines venues de Mâcon. Après les quelques minutes passées à se demander si certains joueurs des Graouwheels étaient oui ou non plus grands et balaises que Patator, Gunter Strike ou Skywheeler, le premier match à pu commencer, sous le regard bienveillant et rassuré des arbitres tous très confiants du bon déroulement de cette journée. (non.)

Nos Raclures (complétés par leurs acolytes habituels venus des villes alentours, merci à eux !) se sont donc frottés au jeu puissant des Graouwheels, et les deux équipes nous on offert un magnifique florilège de jams parfois très artistiques, combinant acrobaties, sauts d’apex ou contacts explosifs (bisou Patator, tu as encore fais des tiennes !) Si l’écart à parfois été très serré entre les deux équipes, les Graouwheels ont fini par s’imposer sur un score de 196 à 119.  Mais le match n’a pas été intense que pour les joueurs ! Avec un record de 9 fautes données sur un seul jam, dont 2 additionnées à des insubordinations (parce qu’ils aiment bien ronchonner les derby-mâles !) des full out, un patin qui décide de se transformer en cinquième bloqueur (bisou Gunter) des freins qui volent, une prison explosée à deux reprises, un track réparé à chaque inter-jam, nos arbitres et NSO ont eu de quoi faire ! Et malgré la sueur qui leur coulait dans les yeux ils ont réussi à suivre le jeu d’un bout à l’autre, qu’ils soient arbitres ou NSO, débutants ou confirmés ! Bravo à vous, vous avez assuré !

Changement d’ambiance pour le deuxième match, puisque cette rencontre était l’opportunité pour chacune des équipes féminines d’intégrer des nouvelles confirmées pour un match mixé A et B. Pour l’occasion, les Bananas Clit ont également intégrés à leur équipe des joueuses venues des Rolling Storm de Chalon. Du côté des Velvet Owls, s’il ne s’agissait pas forcément de leur tout premier match, c’était quand même l’occasion pour nos Velvet B de revêtir leur maillot bordeaux (ou lie-de-vin, qu’importe tant que ça a un rapport avec l’alcool) pour la première fois donc ! Ce match était aussi une première pour La Gougère qui a endossé le rôle de line-up pour l’occasion ! La rencontre a été beaucoup moins mouvementée que celle des garçons, le match s’est déroulé avec beaucoup de fair-play, du beau jeu des deux côtés. C’était l’occasion pour nous de mettre en place les exercices répétés sans relâche aux entrainements, sous le regard avisé de Coach Robert Wolf. Et nos Velvet s’en sont sorties brillamment ! Intégrées à chaque ligne de jam, les Velvet B ont travaillé en chœur avec les anciennes et toutes ont proposé des murs solides, du beau travail d’équipe !

* minute d’auto-félicitations* Bravo aux nouvelles confirmées pour le bon travail que vous avez fourni durant ce match et bravo aux Velvet A d’avoir eu une excellente attitude, de la pédagogie et de la communication, on est fiers !  * fin de la minute d’auto-félicitations* .

Nous avons fini par remporter ce match 234 à 136 mais encore une fois nous avons surtout gagné en travail d’équipe ! Merci beaucoup aux Bananas Clit pour ce match !

Et on n’a même pas eu le temps de transpirer une goutte qu‘il est déjà l’heure de remballer, et voilà le derby-blues qui s’installe… Jusqu’à la prochaine fois, vous le savez, à Dijon, on ne s’arrête jamais !

Merci à Valérie pour les photos !